• EXAGERATION:  "KOFFI OLOMIDE : MOI, PRESIDENT D’AFRIQUE"Le rappeur américain Kanye West veut devenir un jour président des États-Unis, Koffi Olomidé  lui voit encore plus grand : président d’Afrique. L’artiste congolais a laissé entendre qu’après la musique, il aimerait devenir le " président de l’Afrique ". Interrogé dans le cadre l’émission musicale « C’est le moment », il parle du continent comme une entité ; ce qui selon lui n’est pas actuellement le cas.

    "S'il faut élire un jour un chef de l’Etat pour l’Afrique, je serai candidat à ce poste, je n’ai pas de formation politique, mais j’aimerais devenir ce président de l’Afrique», a martelé le quadruple vainqueur des Koras Awards. (NDLR: cérémonie de récompenses des musiciens d'Afrique et de la diaspora). Koffi Olomidé poursuit en soulignant qu'il rêve dans une Afrique unie, l’Afrique devenant un pays.

    « Le Grand Mopao », comme on le surnomme, fustige la « démocratie à l’Africaine», où les différences d’opinions ne sont pas acceptées.  Il a dénoncé le comportement des «combattants », nom donné à des Congolais de la diaspora qui font pression ou qui empêchent les artistes de se produire dans les pays occidentaux, les accusant de collusion avec le pouvoir en place.

     «Les combattants » reprochent aux artistes congolais de chanter pour le parti au pouvoir. "Il faut donc couper la tête aux chauffeurs, aux cuisiniers et aux médecins qui travaillent pour eux."

    Ces chefs d’Etat ont des médecins et même leurs épouses ne sont pas de même bord politique qu’eux » a insisté Koffi Olomidé. Il poursuit en expliquant qu’ils (les chanteurs) sont des prestataires de service. "Qu’on ne nous accuse pas de tous les maux de cette terre." s’exclame-t-il.

    "LES ELECTIONS EN AFRIQUE"

    Koffi Olomidé se montre assez critique vis-à-vis de l’organisation des élections dans son pays et de façon générale en Afrique.  "Qu’on m’explique pourquoi à chaque élection en Afrique, il faut des observateurs venus d’ailleurs? Cela veut dire qu’on est convaincu à la base que les élections ne seront pas crédibles. C’est triste et lamentable » estime le père du Tchatcho,le rythme musical qu’il a créé.

    Sur les intentions prêtées à l’actuel président Joseph Kabila de se représenter pour un troisième mandat, le musicien a répondu qu’il faut qu’on arrête de faire des procès d’intention au chef de l’Etat ,et qu’il dira ce qu’il pense au moment venu. Son dernier album qui a pour nom « 13eme Apôtre », lancé en octobre connait un succès, grâce notamment, au titre « Selfie », dont la vidéo est devenue virale sur les réseaux sociaux.

    Des milliers de fans à travers le monde, parmi lesquels le footballeur ivoirien Didier Drogba et le chanteur français M.Pokora, ont partagé leur version de « Selfie ».

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • REVUE DE PRESSE: COMPLOT CONTRE LA RDCLes journaux parus à Kinshasa reviennent vendredi 6  novembre sur le  discours  de Pierre Lumbi, à l’ouverture du congrès du Mouvement social pour le renouveau (MSR) et les consultations menées par Saïd Djinnit, l’Envoyé spécial du Secrétaire général des Nations unies dans les Grands Lacs pour un éventuel dialogue en RDC.

    «Complot contre la République», titre Le Phare, reprenant les propos de pierre Lumbi, qui s’oppose à toute tentative de modifier la constitution. Selon le quotidien, l’ancien collaborateur du Chef de l’Etat en matière de sécurité a révélé la volonté planifiée, dans les officines du pouvoir en place, de liquider les valeurs républicaines qui constituent le socle de la nation congolaise. «Ce complot est moralement et politiquement inacceptable», a-t-il martelé, avant d’en appeler à un front républicain contre la révision constitutionnelle, le glissement et le troisième mandat du Chef de l’Etat, rapporte le Phare.

    La prospérité annonce Pierre Lumbi dans tous les fronts parce qu’il évoque la constitution, le dialogue et élections. Pierre Lumbi critique le bilan économique du Gouvernement, qui présente ses contreperformances comme des avancées, alors que les rapports successifs du PNUD depuis 2011 et 2013 classent la RDC 187ème sur 187 pays concernés, révèle journal. De son côté, C-news consacre quelques pages  aux consultations que Saïd Djinnit  a eues avec les opposants à Kinshasa. « Saïd Djinnit est en train de rencontrer tout le monde, dans la perspective du dialogue. Il est pressenti médiateur», révèle le journal.

    La Prospérité rend aussi compte de la visite de l’Envoyé spécial du Secrétaire des Nations unies auprès du président de l’Assemblée nationale et titre: «dialogue : Saïd Djinnit chez Minaku. Selon le journal, Saïd Djinnit est venu se rassurer auprès de Minaku de la contribution de l’Assemblée nationale à l’application des engagements pris par le Gouvernement de la RDC dans le cadre de l’accord-cadre d’Addis-Abeba. Saïd Djinnit a, au cours de la même journée, rencontré le Président du Sénat, Léon Kengo et le Chef du Gouvernent, Matata Ponyo, pour évoquer de la tenue, en février 2016, à Kinshasa, de la conférence économique sur les investissements privés dans la Région des Grand Lacs.

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Blogmarks Pin It

    votre commentaire