• MERDE RDC : TSHISEKEDI INVITE KABILA A CONVOQUER LE DIALOGUE Coup de théâtre ? Coup de poker ? Véritable tournant ? Les trois sans doute. L’UDPS d’Etienne Tshisekedi s’en remet… au raïs Kabila pour la convocation du Dialogue. Qui l’eût cru ? N’empêche. Le leader Maximo sait créer l’événement. La sensation aussi. Avec l’initiative signée "Ya Tshitshi", la perspective du Dialogue ne s’est jamais autant précisée. Les informations qui viennent fraîchement de Bruxelles où continue à résider le chef charismatique de l’UDPS montrent que l’option d’un dialogue inclusif n’est pas du tout enterrée. Loin s’en faut. Au contraire, elle vient d’amorcer son dernier virage pour le sprint final. C’est l’intelligence qui est faite de l’appel que l’UDPS lance expressément à Joseph Kabila, "lui qui exerce les plus hautes charges de l’Etat" de convoquer en mode d’urgence un dialogue politique. C’est André Kabanda, président UDPS-Benelux (Belgique-Hollande-Luxembourg) qui a joint la presse hier pour expliquer cette position de l’UDPS prise lors d’une réunion de la direction du parti présidée par le président national sur place. Y avaient pris part le secrétaire général Me Bruno Mavungu et son adjoint Bruno Tshibala venus en consultation à Bruxelles. C’est aussi après la rencontre entre Tshisekedi et l’envoyé spécial de Barack Obama pour les Grands lacs Thomas Perriello qui, selon Kabanda, a insisté sur la nécessité de la tenue d’une concertation nationale qui devra se pencher sur le processus électoral. Après avoir suspendu sa participation au pré-dialogue de Venise en Italie et Ibiza en Espagne, l’UDPS, qui n’a pas rompu le processus du dialogue relance la machine. Le parti demande au président Kabila de convoquer en toute urgence ce dialogue politique. Pourquoi Kabila ? Parce que, répond le président de l’UDPS-Benelux, c’est celui qui exerce les plus hautes fonctions de l’Etat. C’est à lui qu’incombe cette charge. Mais le dialogue que le chef de l’Etat va convoquer ne se tiendra que sous une médiation internationale. On sait qu’au départ, entre l’UDPS et le pouvoir, la pomme de discorde était justement la médiation de ce forum.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Le président de la commission chargée d'organiser les élections en République démocratique du Congo a démissionné de ses fonctions, a-t-on annoncé samedi de source officielle, à un peu plus de 13 mois de l'échéance de la prochaine présidentielle. L'abbé Apollinaire Malu-Malu a présenté "sa démission de ses fonctions de président de la Céni " (Commission électorale nationale indépendante) au président de la République Joseph Kabila, "pour raisons de santé" et celui-ci en a "pris acte", selon un communiqué officiel lu à la télévision publique.
    La Céni est composée de membres représentatifs de diverses composantes de la population congolaise. Selon le communiqué officiel lu à la télévision, le président Joseph Kabila demande à la société civile, dont était "issu" l'ecclésiastique quinquagénaire, de se réunir "pour désigner son remplaçant".

    Cette démission est "un nouveau coup de tonnerre dans le paysage" politique congolais, a rapidement réagi sur son compte Twitter Olivier Kamitatu, un des dirigeants du G7, groupe de sept partis récemment passés à l'opposition en septembre en accusant Joseph Kabila de chercher à se maintenir au pouvoir coûte que coûte.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Blogmarks Pin It

    votre commentaire